Press "Enter" to skip to content

The Cure, Bestival 2016

Ultime étape avant le lancement de la tournée européenne, le Bestival était l’occasion pour The Cure d’effectuer en conditions réelles les ultimes réglages avant de retrouver son public.

Pour tout vous dire, je n’étais pas présent à ce Bestival 2016 (pas plus qu’en 2011 et ce malgré une invitation arrivée trop tardivement). Donc la seule chose à me mettre sous la dent, comme beaucoup d’entre vous, fut le live streaming du concert de The Cure en ce samedi 10 septembre.

Petit problème de voix ?

Bien évidemment nous savons tous que The Cure en festival, ce n’est pas vraiment le rendez-vous des fans, le groupe privilégiant les titres les plus accessibles. Donc très souvent les singles : Lullaby, Just Like Heaven, Friday I’m In Love, etc. Et bien que les fans apprécient généralement ces chansons, ils attendent toujours un peu plus de leur groupe préféré… Bref, on savait par avance à quoi ressemblerait la setlist (qui fut par ailleurs plus courte en 2016 qu’en 2011 avec 27 titres joués contre 32).

Le set débute avec Tape Open et on détecte immédiatement un léger problème avec la voix de Robert Smith. Chevrotante et hésitante par moments, elle n’est pas tout à fait comme à l’accoutumée. Ça s’améliore avec High, même si là également certains passages sont un peu poussifs. The Baby Screams et Push, 2 chansons où Smith laisse (normalement) aller sa voix finissent de confirmer la tendance : Smith n’est pas dans un grand soir pour ce qui est des vocalises. On voit (et on entend) bien les efforts qu’il fait pour tenter de revenir au niveau qu’on lui connaît mais sans y parvenir vraiment. À noter tout de même que, au fil des chansons, ça s’arrange un petit peu, même si ça coince dès qu’il faut hausser le ton (CF From The Edge Of The Deep Sea).

Robert Smith top glamour
Robert Smith top glamour

Pour le reste pas grand chose à signaler, The Cure étant un groupe ultra pro, il remplit bien son cahier des charges malgré les soubresauts vocaux de son leader, qui était à priori assez fier de sa prestation à la fin de son concert si on en juge par le grand sourire et le « We Love You » adressés au public.

On se donne maintenant rendez-vous le 7 octobre à Helsinki (Finlande) pour la première date du European Tour de The Cure ! J’espère (mais je n’en doute pas) que Smith aura d’ici là retrouvé la pleine puissance de son organe.

Les petits détails pas vraiment utiles (mais qu’on aime bien quand même)

  • La complicité entre Reeves Gabrels et Robert Smith sur Lullaby
  • Le t-shirt sans manches Iron Maiden de Simon Gallup
  • On peut maintenant voir les genoux de Jason Cooper grâce à sa batterie transparente
  • Roger O’donnell est passé au rayon « bad boy » de Kiabi pour s’acheter un blouson en cuir (comme Reeves Gabrels qui a pris l’option « motard »)
  • La nouvelle Schecter de Robert Smith
  • Les petits bips bips venus d’on ne sait où sur le break de From The Edge Of The Deep Sea
  • La blague sur Duran-Duran entre InBetween Days et Lullaby (que je n’ai pas comprise donc si quelqu’un pouvait clarifier, je lui en serais reconnaissant)
  • La petite danse (habituelle) de Robert Smith sur Close To Me et Why Can’t I Be You ?

Setlist

  1. Tape
  2. Open
  3. High
  4. The Walk
  5. The Baby Screams
  6. Push
  7. In Between Days
  8. Lullaby
  9. The Caterpillar
  10. Let’s Go to Bed
  11. Sleep When I’m Dead
  12. Friday I’m in Love
  13. Doing the Unstuck
  14. Pictures of You
  15. Lovesong
  16. Just Like Heaven
  17. Boys Don’t Cry
  18. From the Edge of the Deep Green Sea
  19. End
  20. Burn
  21. A Forest
  22. Fascination Street
  23. Never Enough
  24. Wrong Number
  25. The Lovecats
  26. Hot Hot Hot!!!
  27. Close to Me
  28. Why Can’t I Be You?

► Télécharger le concert via A Pink Dream (720p, 3,40 Go)

Lire également :

Abonnez-vous à la newsletter de Pictures of Cure et ne ratez aucune info !

Un service proposé par FeedBurner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Pictures of Cure • 2001-2018 • Tous droits réservés