Press "Enter" to skip to content

Single #2 | Freakshow

Second single de la série, « Freakshow » et sa face-b « All Kinds of Stuff ». Tout comme « The Only One » sorti le mois dernier, « Freakshow » n’est pas une découverte inédite puisqu’il a été joué sur la tournée européenne (et maintenant américaine). Les premières impressions, si vous avez eu la chance d’assister à un concert du 4 World Tour ou si vous avez eu un enregistrement audio entre les oreilles, sont mitigées… Jouée pendant le rappel pop, « Freakshow » était généralement intercalée entre « Let’s Go To Bed » et « Close To Me ». Et quelle déception… pendant « Freakshow », l’ambiance retombait à chaque fois de plusieurs niveaux… Ce qui ne pouvait que nous donner espoir quant à la future version studio, que ce soit pour le single (mix 13) que pour l’album. En effet, cette chanson était à ce point pénible en live que ça ne pouvait être pire sur CD…

Et effectivement, dès les premières notes, la chanson est efficace, le riff terriblement accrocheur. Avec « Freakshow », Robert Smith retrouve son âme d’adolescent boutonneux. Comment ne pas faire le lien avec l’album « Three Imaginary Boys » (1979) et ses chansons pop punk minimalistes ? Nul doute que « Freakshow » aurait pu y figurer, à quelques détails près… En fait, c’est une bonne, voire une très bonne chanson qui nous replonge avec délectation dans le passé de The Cure tout en nous proposant autre chose qu’une vieille chanson arrangée.

Contrairement à l’album « The Cure » (2004), Robert Smith s’est réconcilié avec les effets sur sa voix et pour « Freakshow » c’est une réussite. Même la batterie de Jason Cooper, d’ordinaire dégoulinante, se calme un peu et laisse aller la mélodie. Et que dire de cette ligne de basse, vintage à souhait mais tellement bonne ! Le seul carton rouge serait à adresser à Porl Thompson qui plombe par moment le morceau : ses petits riffs incisifs sont très bien trouvés par contre il aurait pu se dispenser du solo wah-wahesque sur les refrains qui sonne superbement cheap et lourdaud.

« All Kinds of Stuff » aurait pu être une grande et belle face-b. Mais elle ne l’est pas. La faute aux arrangements fouillis. Les effets sont partout et écrasent avec lourdeur une mélodie que l’on a du mal à deviner parmi cette jungle de sons. Smith aurait pu choisir la simplicité mais au lieu de cela, il a fait le choix de nous en mettre plein les oreilles. Mauvaise pioche Bob ! Comme à l’accoutumée le duo Thompson/Cooper en fait des tonnes : solos par ci, roulements par là… Seul Gallup (et sa basse dans le plus pur esprit Cure) et la voix de Smith tirent leurs épingles du jeu. Un bravo également au riff furtif de guitare sur le refrain, simplissime mais génial. Malheureusement, il s’estompe assez rapidement…

Un mot sur les paroles, qui furent décevantes sur « The Only One / NY Trip ». Sur « Freakshow / All Kinds of Stuff » c’est beaucoup beaucoup mieux ! On retrouve enfin la créativité et l’excentricité de Robert Smith, comme par exemple sur ce couplet de « All Kinfs of Stuff » : ALWAYS INFRADIG / HER FINISHING MOVE / UP AND DOWN IN BLACK / SOFT SHINY AND SMOOTH / LOOKS LIKE THE ALIEN CROWD GOT GROOVE / SHE CUTS A NUMBER OUT MY ARM / BUT I CAN NEVER GET THROUGH

On est sur la bonne voie !

Lire également :

Abonnez-vous à la newsletter de Pictures of Cure et ne ratez aucune info !

Un service proposé par FeedBurner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Pictures of Cure • 2001-2018 • Tous droits réservés